Les journalistes et les religions

Enquête auprès des journalistes par le Service pour les Professionnels de l’Information (S.P.I)

Créé en 2018 à l’initiative de Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, le Service pour les Professionnels de l’Information (S.P.I.) est un lieu de rencontres destiné aux professionnels des médias. Il leur propose des sources d’informations permettant d’éclairer les enjeux spirituels et religieux qui traversent la société.

Dans cette optique, le S.P.I a cherché à connaître l’opinion des journalistes sur les religions. Il a ainsi commandé un sondage auprès d’un large panel de journalistes (culture et société et religions) portant sur 3 grandes thématiques :

  1. La perception des journalistes sur les religions
  2. Leur perception du traitement médiatique des religions
  3. Leurs propositions pour améliorer le traitement médiatique de l’information ayant un lien avec les religions.

1. La perception des religions par les journalistes

  • Pour 8 journalistes sur 10, les religions donnent du sens à la vie.
  • Pour 43%, le rôle de la religion dans la société est clivante.
  • Les journalistes trouvent leur source de renseignements sur les religions dans les ouvrages spécialisés (55%), dans la connaissance de leur propre foi ou celle de leur famille (54%), et dans leur formation en école de journalisme pour seulement 6%.
  • Les journalistes suivent l’actualité religieuse par la presse majoritairement (43%), les dossiers de presse (36%) et Twitter (33%).
  • 2/3 des journalistes considèrent la religion comme une force politique influant les votes.

2. Le traitement médiatique des religions

  • Le traitement médiatique réservé au christianisme et à l’islam est jugé majoritairement dépréciatif.
  • 40% des journalistes sondés estiment que les sujets religieux occupent une place raisonnable et suffisante dans les médias.
  • Les journalistes expriment un besoin important personnel d’informations, en priorité sur la laïcité (60%) et la culture inter-religieuse (38%).
  • Afin d’étayer leurs analyses des faits religieux, les professionnels de l’information sollicitent des rencontres de personnalités religieuses (56%) et de chercheurs universitaires laïcs (45%).

3. Comment améliorer la qualité de l’information

  • Tout contenu explicatif intéresse les journalistes, en premier lieu les contenus liés à l’actualité et à la politique.
  • Les journalistes attendent du contenu sur l’ensemble des sujets de société, en priorité sur la radicalisation (58%) et la bioéthique (49%).
  • Les formats qu’ils privilégient sont des entretiens, des notes écrites et des communiqués de presse.
  • Les journalistes invitent les institutions religieuses à davantage de réactivité, de transparence, d’interlocuteurs formés et disponibles.
  • Concernant les rencontres individuelles, sont sollicités très majoritairement les entretiens (70%), avant les petits déjeuners et déjeuners.
  • La préférence des journalistes va aux conférences sur des thèmes d’actualité et aux visites de lieux emblématiques.
  • Les journalistes estiment la durée idéale d’une formation entre 2 et 4 heures
  • Les professionnels de l’information saluent les missions du Service qui leur est dédié et son utilité. Ils soulignent le peu de temps dont ils disposent..

Partager cet article